Print Friendly and PDF

Une masque exceptionelle retrouvée depuis 80 ans aux enchères chez Tajan

Côte d’Ivoire, peuple Gouro Style du "maître de Bouaflé" Exceptionnel masque de danse, représentant un beau visage, dans le style désormais classique du "maître de Bouaflé", surmonté d’un couple tendrement enlacé. Bois, polychromie d’origine, petits accidents et manques visibles Socle attribué à Kichizo Inagaki. HAUT. 57, 3 CM Estimation : 100 000/150 000 €
Côte d’Ivoire, peuple Gouro Style du "maître de Bouaflé" Exceptionnel masque de danse, représentant un beau visage, dans le style désormais classique du "maître de Bouaflé", surmonté d’un couple tendrement enlacé. Bois, polychromie d’origine, petits accidents et manques visibles Socle attribué à Kichizo Inagaki. HAUT. 57, 3 CM Estimation : 100 000/150 000 €
Côte d’Ivoire, peuple Gouro
Style du “maître de Bouaflé”
Exceptionnel masque de danse, représentant un beau visage, dans le style désormais classique du “maître de Bouaflé”, surmonté d’un couple tendrement enlacé.
Bois, polychromie d’origine, petits accidents et manques visibles
Socle attribué à Kichizo Inagaki.
HAUT. 57, 3 CM
Estimation : 100 000/150 000 €

11 Juin 2014, Paris

Aux enchères chez Tajan le prochain 11 Juin 2014, les Arts Premiers. Dans le catalogue, l’Ancienne Collection André Breton e l’Ancienne Collection Charles Ratton, laquelle comprend une masque du “Maître de Bouaflé”.

La réapparition d’un masque exceptionnel disparu depuis 80 ans tient d’autant plus du miracle que les oeuvres à porter au crédit de son auteur, le “Maître de Bouaflé”, se comptent sur les doigts des deux mains.

Une fois n’est pas coutume, si son identité reste incertaine, du moins le sculpteur ivoirien n’usurpe pas son titre. Dans une époque où l’on décerne à la légère des récompenses indues, les productions attribuées à cet artiste anonyme méritent d’être qualifiées de chefs-d’oeuvre. Près d’un siècle s’est écoulé depuis que les précurseurs de l’entre-deux guerres découvrirent avec bonheur les incomparables yeux en amande, le front bombé et le nez retroussé de ses personnages. Ses masques et poulies de métier à tisser ont surmonté l’épreuve du temps, modèles de finesse et d’élégance, ils se sont hissés pour longtemps au pinacle de l’art Gouro.

On ne connaissait de ce masque que sa “version papier”. Encore faut-il préciser que ce rare privilège était réservé aux “happy few” ayant pu tenir entre leurs mains leNegro Anthology de Nancy Cunard.

La sculpture faisait partie des oeuvres retenues pour figurer dans cet ouvrage avant-gardiste et introuvable, honoré par une belle exposition au Musée du Quai Branly cette année. Le masque rehaussé d’un cimier montrant l’image insolite d’un couple entrelacé n’avait pu qu’attendrir la muse de Tsara et de Man Ray. La légende précise que cet objet est Zuénolé de Côte d’Ivoire et qu’il appartient à Charles Ratton.

Commenta con Facebook

leave a reply

*